tabula rasa 040

La fin du jour est la fin d’un voyage. Ce qui subsiste de la lumière toscane se dissout dans le chêne comme si le gris mat de la pierre s’allumait soudain en une ultime renaissance. Les pas disparaissent des cartes, la mémoire se replie et on pense à Stendhal. Trop d’images bouleversent le présent.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie