tabula rasa 038

Au matin, le réel s’amenuise. Orpheline de l’eau comme de la caresse, dépossédée du vent, du geste et du murmure, la matière devient un condensé de sel et de patience. La douceur de la peau se cache sous la peau et la substance demeure, silencieuse et lucide. L’image nous convainc que cela fut vivant.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie