tabula rasa 032

La saison s’obstine à rebours en ces lieux d’origine que le présent défie. On s’y reconnaitrait presque semblable à soi mais pourtant étrangère, dans les reflets antiques que le matin étale comme autant de rides. Et on s’étonnerait d’avoir encore vingt ans si l’image acceptait de nous rendre à nous-mêmes.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie