tabula rasa 053

L’après-midi étale encore ses lueurs. Mais l’ombre de l’amie grignote ce qu’il reste de l’idée du poème et du blanc des silences. Son amour se fracasse sur les froideurs des marbres, son amour se disloque dans les pixels, son amour. Cet abandon dit-elle comme on dirait détruire pour conjurer le sort. L’image ne ment pas.

Next Post

© 2018 bélisle marie