tabula rasa 040

Les siècles se télescopent sur la place et la beauté n’en finit pas de résister à tous les gibelins. On la trouve toujours, dans les marbres anciens et les matières neuves, comme dans le travail qui traverse les jours à l’ombre des coupoles. Obstinément, les images fleurissent.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie