tabula rasa 035

L’heure ne se devine pas à son poids de métal. Ni l’odeur de la peau aux formes du parfum, ni la douceur des mains aux courbes des bijoux. Nos vanités secrètes et nos peurs dissemblables ne passeront pas la barre du jour. Ce qui reste du corps s’est abstrait dans l’image.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie