tabula rasa 026

On voudrait croire au printemps comme à un autre monde. Les cartes postales porteraient des baisers aux confins des détresses. Les garçons de café oublieraient leur colère et les mendiants retrouveraient leurs rêves. Mais c’est toujours l’hiver. Toujours l’hiver malgré l’image.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie