tabula rasa 025

Le matin ouvre ses fenêtres. Il est encore trop tôt pour qu’on entende l’âne et le ruisseau. À peine pense-t-on aux châteaux et aux grottes qui s’offriront peut-être, comme des analepses, quand nous prendrons la route. Le café refroidit et l’image de l’arbre attend une mésange qui ne viendra pas.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie