tabula rasa 016

À cette heure d’hiver, le vin rougit. La terrasse se couvre de paroles et de livres, et la rue défile en reflet sur les vitres, et les quatre saisons se vendent à la criée. L’espace pourrait s’ouvrir sur quelque confidence ou sur quelque désir, les regards y suffisent. L’image arrondit les angles.

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie