fabricatio 000

Vouloir toujours inventer quelque chose : une phrase, une forme, une idée, ou un ersatz de soi-même. Obstinément et orgueilleusement croire pouvoir fabriquer un objet qui sans soi ne serait pas advenu. La certitude et le doute du même mouvement convoqués. La nécessaire prétention de quiconque veut créer quelque chose. Ne laissant au-delà du geste d’écriture que l’impossible jugement sur cette part de soi désormais étrangère à soi.

Je cherche toujours l’impensé. Et il ne s’agit pas à proprement parler de création ex nihilo. Il s’agit de relire-relier le connu pour produire une nouvelle forme. Parce que bien sûr tout a été dit plus ou moins. Je sais que je n’inventerai ni l’histoire de l’amour ni celle de la mort. Je veux inventer une forme de l’histoire de l’amour et de celle de la mort.

Previous Post

© 2017 bélisle marie