fabricatio 004

Il y a toujours plus d’idées que d’objets. Après, lorsqu’une idée devient objet, il arrive que l’objet la dépasse, le faire débordant alors du territoire du penser, comme si le texte s’animait d’une volonté propre, produisant sa forme à partir de sa forme, étalant, étirant, disloquant l’idée première. Il arrive aussi que l’objet demeure en-deçà de l’idée, inaccompli en tant que projet, mais produit, fabriqué, autre quoique impensé. Et il advient, rarement, que l’objet soit l’exacte translation dans le réel perceptible de l’image virtuelle que quelqu’une s’en était faite. Alors, lorsque ainsi l’objet est l’idée, quelqu’une sourit (plus que d’habitude).

Next Post

Previous Post

© 2017 bélisle marie